About This Project

Philippe ROUSSEAU
(Paris, 1816 – Acquigny, 1887)

 

Nature morte à la porcelaine chinoise

Huile sur toile
Monogrammée et datée « 1851 » en haut à droite
21 x 15 cm

 

Il fut élève du Baron GROS et d’Edouard BERTIN. Il débuta au Salon de 1834, médaille de troisième classe en 1845, de deuxième classe en 1848, chevalier de la Légion d’honneur en 1852, officier le 20 juin 1870.

Dans la première partie de sa carrière, il peignit surtout des paysages, notamment en Normandie, y affinant son métier. Après ces exercices initiaux, il peignit surtout des natures mortes diverses dans des scénettes vivement campées, dont les éclairages en clair-obscur, quasiment caravagesques, étonnent dans le XIXème siècle. Le succès lui vint à partir de 1840. Dans la suite, le succès et les commandes l’incitèrent à gonfler son propos. Ses natures mortes, désormais plus ambitieuses dans leur pastiche des Hollandais du XVIIème, perdirent un peu de leur fraicheur initiale, qui l’avait situé d’abord dans la lignée intimiste de CHARDIN. Ces réserves formulées, il n’en reste pas moins un de ces « petits maitres » du XIXème qui revalorise le terme réducteur.

Philippe ROUSSEAU connut un réel succès en son temps avec des récompenses aux Salons, des commandes de la cour impériale ou encore du Baron James de Rothschild, et l’admiration de Baudelaire. Aujourd’hui particulièrement bien représenté dans les collections privées et publiques néerlandaises, on le trouve aussi dans les musées suivants: Orsay, Metropolitan de New-York, Munich, Lyon, Rouen, Compiègne, Lille…

Vendu

Category
Natures mortes, Q - T, ROUSSEAU, Tableaux