About This Project

Christian BRUNE
(Paris, 1793 – Paris, 1849)

 

Vue de Saint-Cloud, prise des hauteurs de Sèvres

Huile sur toile
Signée et datée 1837 en bas à droite
105 x 138 cm

 

Expositions : Salon de Paris de 1838, sous le numéro 210

Salon de Valenciennes de 1838 (médaille de bronze section Grands Paysages)

 

Élève du paysagiste néo-classique Jean-Victor Bertin, Christian Brune travailla au Dépôt de la Guerre entre 1808 et 1813, puis fut professeur de topographie et de paysage (respectivement en 1817 et 1826) à l’Ecole Polytechnique.

A partir de 1817, et jusqu’en 1848, il exposa au Salon peintures et aquarelles représentant le plus souvent des vues des Alpes, des Pyrénées, de l’Auvergne ou des environs de Paris, particulièrement vers Saint-Cloud et Sèvres; il y reçut une médaille d’or en 1826.

A l’occasion d’une exposition à Reims en 1842, un critique qualifiait le pinceau de Brune de « calme et rêveur; il ne vise pas aux grands effets ou aux coups de théâtre« .

Domicilié 8, rue des Beaux-Arts à Paris, il épousa la femme peintre Aimée Pagès en 1833 et fut le père de l’architecte Emmanuel Brune (1836-1886).

Stylistiquement notre tableau peut se situer entre le classicisme de Joseph Vernet et le paysagisme romantique de Paul Huet ou de l’école anglaise. Par son ciel, il préfigure presque certaines peintures de Gustave Doré.

Le point de vue adopté par Brune n’était pas novateur; des artistes comme Michallon, Florent-Constant Bourgeois, Dunouy ou Ricois l’avaient déjà retenu dans les années 1810 et 1820, avec de légères différences.

Après avoir été exposé au Salon de Paris qui ouvrait ses portes le 1er mars 1838, le tableau participa également à l’exposition de Valenciennes en octobre 1838 et y fut récompensé par une médaille de bronze pour la section « Grands Paysages ».

 

Musées : Aix, Besançon, Douai, Narbonne, Orléans, Rochefort, Saint-Cloud…

 

Acquis par le Musée des Avelines

Category
A - D, BRUNE, Paysages, Tableaux, Vues de sites